Des vieillards meurent tous les jours, mais ils ne sont pas vous.

Des vieillards meurent tous les jours, des pères meurent, des Hommes meurent, à chaque instant. Pour eux, on sort les habits noirs, on pleure, on crie. On sort les dieux, on chante, on danse.

Des vieillards meurent tous les jours, mais ils ne sont pas vous.

La dernière fois que je vous ai vu, vous m’avez fait passer l’un des plus beaux moments de ma vie. J’avais presque les larmes aux yeux, à vous voir si proche, vous qui par vos écrits m’avez parlé de la vie pendant si longtemps. Vous étiez sagace, drôle, admirable et pieux. Je n’ai pas regretté de vous avoir suivi aussi religieusement. Les seules paroles que j’ai pu vous dire étaient : « Vous êtes le genre de personne que je rencontre et dont j’ai envie d’extraire le cerveau pour le mettre dans ma tête ». Et je le pense encore. J’ai appris mes premiers grands mots avec vous. Vous m’accompagniez partout; quand je mange, avant que je ne dorme, en classe, dans la rue. Vous étiez mon compagnon de tous les jours. A plusieurs générations, vous avez appris l’amour, le courage, l’honnêteté, la force, l’intégrité par de banales histoires. C’est justement ce qui a fait de vous un homme pas banal, un vieillard pas banal.

Des vieillards meurent tous les jours, on dit qu’ils ont fait leur temps et on rétrécit sa peine. Mais ils ne sont pas vous. Des milliers de personnes, dont moi, mes parents et mes amis, ont pleuré votre mort à chaudes coulées, parce qu’à nos yeux, vous valez plus qu’un simple vieillard. Vous êtes Jean Pliya. Le Jean Pliya de notre si bien aimée Secrétaire Particulière, le Jean Pliya du Renouveau, le Jean Pliya de Kondo, le Jean Pliya de la Jeunesse,  le Jean Pliya…du Bénin. Vous êtes notre fierté, aujourd’hui plus que jamais.

Credits: Hougbadji Roland
Credits: Hougbadji Roland

Quand j’ai appris votre ultime ascension, j’ai voulu que le ciel soit aussi déchiré que moi. J’ai voulu qu’il s’assombrisse, qu’il pleure autant que nous vous avons pleuré. J’ai voulu que chaque Béninois se taise et pleure en silence votre départ. Mais au lieu de cela, j’ai vu un beau crépuscule, rougeoyant qui mêlait le bleu de l’espoir au rouge du courage, et un blanc immaculé. Le blanc du nouveau départ. Et c’est alors que j’ai compris. Jean Pliya est mort, mais Jean Pliya n’est pas parti. Dans le cœur de chaque Béninois vous avez semé une graine qui poussera, poussera et atteindra les cimes que vos enseignements montraient. De vos cendres, l’espoir a pris une nouvelle forme. Vous êtes né de nouveau.

Cette dernière fois, vous nous avez dispensé tant d’enseignements. « Que ta plume soit une trompette ! ». La vôtre a été une cloche qui a résonné des années durant, sonnant le signal du renouveau, sonnant la fin des peines. «  Ne croyez surtout pas qu’on devient un grand Homme en occupant un grand poste. On ne devient pas un grand Homme par des élections. Les médailles se rouillent. On  devient un grand homme par des actions utiles et efficaces à l’humanité. ».

Reposez en paix M. Jean Pliya, vous êtes un grand Homme.

Les dieux même «sortis» ne vous rendront pas suffisamment hommage.

Les cloches peuvent résonner des jours entiers que cela ne suffira pas.

Habillons le Bénin de noir pendant des lunes et cela ne sera pas toujours assez.

Des vieillards meurent tous les jours, mais ils ne sont pas vous.

Sortons les houes, sortons les trompettes ! Tressons-nous de cordes du courage ! Habillons-nous de vertus et combattons avec sourire ! 

Jean Pliya est mort…Vive le Baobab !

Mylène Flicka

Publicités

12 réflexions sur “Des vieillards meurent tous les jours, mais ils ne sont pas vous.

Réagissez!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s