Ce Fils de…Femme d’Edgard Guidibi

CE FILS DE…FEMME D’EDGARD GUIDIBI.

Mercredi dernier, une publication fit, probablement sous le bon vouloir de son auteur, un buzz immérité un jour trop mémorial. C’était en effet le 29 Avril 2015, 70ème anniversaire du droit de vote des femmes, où nous avons, belles créatures aux potentialités inouïes, été reconnues ipso facto partiellement comme des Homo sapiens sapiens, et donc dotées de raison, et donc pouvant choisir, et donc…pouvant voter. Mais, c’est avec une peine immense et une grande pitié qu’à ma douce pause, je tombai sur cette fâcheuse publication d’un homme de…Dieu, d’un homme…de science, d’un homme entrepreneur, et moi, cette fille…, cette femme, cet être humain, ait bien voulu accorder de mon temps et de mes forces pour réparer une injustice, bien trop (a)clamée.

Vous vous demandez bien ce que cet homme si polyvalent a pu bien faire, et ce pourquoi je suis quasiment ravie d’étendre sur les « Pages » qui viennent mon culot à lui reprendre son argumentaire non sur la base de la rage qu’il m’a causée au point de susciter en moi des envies…mais sur la base de ce qu’il a subrepticement ôté à ces charmantes et combien dangereuses créatures que sont les femmes, cette chose qu’on nous a presque reconnu 70 ans plus tôt…La logique, la raison..L’humanité.

Je commets l’affront, tout en présentant mes sincères déférences à l’Histoire, de lui répondre ce jour, 1er Mai, jour très important du travail parce que justement…ce fils de femme a eu l’affront de dire : « Je suis hostile au travail salarié des femmes ! ». A mon avis, pas très humble, et pas très chrétien, hein je présume Monsieur Guidibi 😉 , cette phrase est une abomination. Mais même si j’ai le pouvoir d’aligner des insultes à votre être, je ne le ferai pas, je ne ferai pas ce que vous faîtes, cela vous ferait bien trop plaisir. Je ferai ce à quoi vous ne attendez pas…c’est-à-dire, y aller calmement, sarcastiquement…et douloureusement dans la raison…Par la Grâce de Dieu en plus ! ça vous étonne hein ? Eh bien, sachez que je peux autant me prévaloir de l’amour, de la compréhension et de l’accord de Dieu, comme vous, vous l’avez fait sur une distance, que vous avez estimée…très inspirée.

Bien…et à tous ceux qui me lisent, je demande humblement (vous le méritez), qu’ils jettent un précieux coup d’œil sur sa publication, et qu’ils le lisent entièrement, non pas pour lui faire honneur, mais pour me faire justice. : « Je suis hostile au travail salarié des femmes ! »

Continuer la lecture de Ce Fils de…Femme d’Edgard Guidibi

Publicités